syndrome de l'essuie glace

Syndrome de l’essuie glace : comment s’en débarrasser ?

Partagez ça !
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  

Syndrome de l’essuie glace : comment s’en débarrasser ?
4.7 (94.55%) 11 votes

Vous avez mal au genou, et votre copain ou votre copine de course vous a dit que vous aviez certainement un syndrome de l’essuie glace ? Alors comment savoir s’il s’agit bien de cette pathologie, et surtout comment faire pour vous en débarrasser ? C’est ce que nous allons voir ensemble ! Mais d’emblé je préfère vous dire que c’est un syndrome très généralement bénin, ne nécessitant pas de traitement médicamenteux, ni d’intervention chirurgicale !

« L’essuie glace » : Qu’est ce que c’est exactement ?

Le syndrome de l’essuie glace est un autre terme qui désigne la tendinite de la bandelette illio-tibiale (ou tendinite du Tenseur du Facia-Lata, ou syndrome de la bandelette de Maissiat). Cette bandelette est un long tissu conjonctif (un fascia) qui part du bassin pour aller s’insérer sur le genou, au niveau de la tête du péroné.

C’est donc la face externe du genou qui sera douloureuse

TFL et syndrome de l'essuie glace

Son rôle est de participer à la flexion de la hanche (avec de nombreux autres muscles). Il a également un rôle important dans la stabilisation du genou.

Comme tous les tendons il coulisse dans sa gaine. Mais en plus, il a la particularité de se situer dans une zone où il doit avoir un mouvement « pendulaire » en fonction de l’angulation du genou. Comme un mouvement d’essuie glace, d’où le nom de syndrome de l’essuie glace !

Quand ce type de sollicitation augmente en fréquence ou en amplitude, le tendon « frotte » anormalement contre le la tête du péroné.

Et quand ce tendon est en souffrance, la douleur augmente progressivement et vous oblige à cesser l’exercice au bout d’un certain temps. Cela provoque généralement une sensation de « brulure ». Parfois, il peut vous laisser l’impression que le genou cède et qu’il ne vous porte plus !

Pourquoi la douleur apparaît ?

Dans la plupart des cas, on va avoir un déclencheur commun de la douleur : l’ augmentation incontrôlée de la charge d’entraînement (le kilométrage et/ou l’intensité de course).

Alors je vous encourage dans un premier temps à faire le point sur votre cahier d’entraînement, et si besoin de réduire temporairement la charge pour la ré augmenter progressivement.

D’autres facteurs peuvent intervenir dans l’apparition de la tendinite du fascia-lata.

  • Les sollicitations inhabituelles du genou peuvent déclencher la douleur, comme la course en montée ou en descente. L’amplitude des mouvements du genou augmente et vient sur-utiliser le tendon.
  • Une usure importante de vos chaussures va déséquilibrer votre pose de pied, et en quelque sorte « désaxer » le tendon et le solliciter anormalement (origine montante).
  • Un trouble de votre statique peut désorganiser le fonctionnement du tendon, comme une tête de péroné légèrement déplacée, un problème de cheville (origines montantes), un bassin faible ou décalé (origines descendantes).

Les mesures à prendre

Si la douleur vient d’apparaître, pas besoin de courir chez le médecin immédiatement ! Vous avez en première intention une série de mesures à prendre. Dans la grande majorité des cas, elles feront disparaître les symptômes.

1- Diminuer la charge d’entraînement

Si vous vous ne tardez pas à réagir, vous serez normalement encore capable de courir malgré la gêne. Réduisez alors l’intensité de 10-15% et surtout diminuez le volume d’entrainement par 2 !

2- Vérifiez vos chaussures

Lors de l’apparition d’un syndrome de l’essuie glace, la probabilité est élevée :

– Soit que vos chaussures aient déjà pas mal d’heures de vol

– Soit que vous veniez d’en changer.

Allez donc faire un coucou à votre spécialiste running pour vérifier ça, et pour les renouveler au besoin.

Usure des chaussures : soyez vigilant à partir de 600 km, et renouvelez les à partir de 1000-1200 km)

3- Visite chez l’ostéopathe

Dans le cas où vous n’auriez pas vu de chiropracteur ou d’ostéopathe depuis plus de 6 mois, allez donc faire un check-up.

Des décalages minimes du squelette (bassin, tête du péroné) peuvent provoquer un syndrome de l’essuie glace.

4- Massez vous le TFL !

Certes c’est au genou que vous avez mal. Mais il faut souvent aller voir plus haut pour régler le problème. Dans le cas qui nous intéresse, c’est en décontractant toute la bandelette illio tibiale (allant du bassin au genou) que vous obtiendrez les meilleurs résultats.

Massez la bandelette (le Fascia Latta) et le Tenseur du Fascia Latta (TFL) avec un rouleau de massage en mousse (toute la face externe de la cuisse, en fait)

Mais attention, j’insiste sur la nécessité de masser le haut de la cuisse, mais pas la zone douloureuse à proximité du genou !

Massez également le moyen fessier avec une balle de tennis (muscle situé dans le creux de la fesse) afin d’atteindre la partie haute et postérieure du TFL

Massage TFL et bandelettes

La prise en charge médicale en deuxième rideau

Si cela ne passe pas en 10-12 jours, c’est le médecin du sport et le kinésithérapeute qui devront prendre en charge la pathologie.

Ils élimineront tous risques de pathologies plus graves, comme une lésion du ménisque ou une fracture de fatigue.

Puis ils s’attacheront certainement à relâcher toute la zone du TFL, et se chargeront également de soulager le tendon douloureux avec en général des ondes de chocs, des ultra sons, sans oublier le fameux Massage Transversal Profond (MTP) !

La pose de kineTape (bandes élastiques de couleurs) viendra aussi temporairement drainer les tissus et soulager la zone douloureuse.

Mais je le répète : rien ne sera efficace à moyen terme si le problème d’origine n’est pas identifié et solutionné (déplacement du bassin ou de la tête du péroné, chaussures inadaptées, entraînement incontrôlé, etc.)

De la même façon, le repos ne sera d’aucune utilité sans autre action de votre part. Mieux vaut adapter l’allure et la durée des sorties pour réduire la douleur, mais continuer d’irriguer les tissus lésés.

Et la chirurgie ?

Les cas nécessitant une intervention chirurgicale sont extrêmement rares. Mais malheureusement les interventions sont encore trop courantes… Et elles pourraient être évitées si les athlètes prenaient soin de prendre le problème suffisamment à temps. Donc réagissez vite et bien en mettant tout en œuvre dans les jours qui suivent les premiers symptômes. Vous éviterez ainsi à la douleur de devenir chronique.

Je vous invite également à lire la série d’article sur les tendinites, car vous y trouverez un ensemble de mesures favorables à votre guérison (soins, alimentation, hydratation, etc.)

Le dossier tendinites en cliquant ici >>>

 

J’espère que cela va vous aider à vite retrouver une activité normale rapidement. N’hésitez pas à partager cet article si un ami est concerné par ce syndrome !

Recherches utilisées pour trouver cet articlecomment attrapé on le syndrome de lessuie glace
Partagez ça !
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 27
    Partages