Le carnet d’entrainement

Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le carnet d’entrainement
5 (100%) 1 vote

Votre bonne résolution 2017 ?

La nouvelle année approche à grands pas, et vous vous demandez quelle pourra être la « bonne résolution » la plus profitable pour vos progrès en course à pied.

Oui, perdre les kilos superflus, ralentir certains footings ou tester de nouvelles séances de fractionné sont des résolutions qui vous aideront surement dans votre pratique.

Mais pour moi il y en a une qui prime sur toutes les autres : la tenue de votre carnet d’entrainement.

C’est en effet un outil sous estimé et sous exploité par les coureurs que je souhaite ici mettre en lumière.

 

En quoi cela consiste ?

Un carnet d’entrainement permet de consigner vos séances réalisées au quotidien.

Après une séance de fractionné, on y notera les chronos réalisés et les temps de récupération.

Après un footing on notera le kilométrage parcouru et l’intensité.

Dans tous les cas, il est utile d’ajouter des données simples qui permettront par la suite d’exploiter ce précieux recueil :

  • Le lieu de la séance
  • la météo du jour
  • les sensations
  • les douleurs ou évènements inhabituels

 

Dans quel objectif ?

Le propre du coureur est souvent d’être insatisfait de ses séances. Il a souvent la mémoire courte, et il pense toujours être à la peine…

Combien de fois j’ai pensé avoir fait une séance « pourrie », me rendant compte en remplissant mon carnet, que les chronos étaient en fait dans les meilleurs réalisés !

Ce cahier d’entraînement permet donc en premier lieu de prendre du recul sur les séances réalisées. Les chiffres sont alors indiscutables, et c’est généralement la seule façon de prendre conscience que l’on progresse. Et constater ses progrès est le premier levier de la motivation !

 

En deuxième lieu, il permet d’évaluer et de suivre la charge d’entraînement.

L’un des principes fondamentaux de l’entraînement est la progressivité. Or, lorsque l’on se fie aux sensations, on a naturellement tendance à beaucoup augmenter les charges quand ça va bien, ou à les réduire au moindre pépin.

Pour quantifier objectivement cette charge, il faut donc compiler consciencieusement le volume et l’intensité de vos séances.

Au bout de quelques mois, vous obtenez ainsi une ressource précieuse en cas de besoin. Blessure, contre performance, gros coup de fatigue ? Remontez le fil du temps et retrouvez les origines du problème.

Et oui, quoi de plus gênant chez un spécialiste de ne pas savoir précisément depuis quand une douleur est présente, et la façon dont elle évolue. Avec votre carnet, vous aurez des éléments concrets pour étayer le diagnostic.

Enfin, en début de cycle, la consultation du carnet et des plans passés permet d’éviter de stéréotyper votre entraînement. Car, pour mémoire, la variété est l’un des principes fondamentaux de l’entraînement !

Mes cahiers d'entraînement

Mes cahiers d’entraînement

A chacun son format

La tenue quasi quotidienne d’un tel outil demande de la rigueur. Et pour que vous puissiez tenir votre résolution toute l’année, il vous faut choisir le support qui vous convienne le mieux.

L’agenda papier

Les « littéraires » tireront avantage à la tenue d’un agenda papier. Je suggère de choisir ceux qui contiennent une page entière par journée. Ils pourront ainsi laisser libre court à leur imagination, en y faisant un compte rendu de leurs sorties.

Mais attention : pour son exploitation ultérieure, il faut veiller à y noter un minimum de chiffres :

  • Temps de course
  • Kilomètres parcourus
  • Dénivelée
  • Fréquence cardiaque éventuellement

L’agenda de banque

Pour les méticuleux, je propose d’utiliser un agenda de banque journalier, qui possède un quadrillage permettant d’y noter facilement chronos, distances, et récupérations.

On retrouve ensuite toutes les données utiles d’un coup d’œil.

Carnet d'entrainement version "banque"

Agenda type « journal de banque » – novembre 1994

Un carnet « libre »

Si vous ne vous entraînez que 2 ou 3 fois pas semaine, il est alors peut-être plus économique d’utiliser un carnet ou un cahier standard, dans lequel vous séparerez les jours par un trait horizontal.

Il aura l’avantage de s’adapter à la quantité de données à y écrire, sans y perdre de place.

Cahier d'entraînement

Cahier « libre » – décembre 1993

 

A noter que le grand avantage des carnets, cahiers et autres agendas est d’avoir la faculté de vous suivre partout, de la table de nuit au sac de sport.

Mais pour les inconditionnels du numérique (les geeks quoi !) les solutions sont aussi nombreuses.

 

Un tableur Excel

Le bon vieux tableur sur Excel vous rendra de grands services. Une fois paramétré, il pourra faire les calculs pour vous :

  • moyenne horaire
  • volume hebdomadaire ou mensuel
  • Calcul de la charge de travail pour les amateurs de « trims ».

Ce format nécessite que vous ayez un accès facile et quotidien à votre ordinateur. Si votre machine met 4 minutes à s’allumer, laissez tomber : il viendra à bout de votre volonté…

Un document Word

Comme pour l’agenda papier, celui qui souhaite allier recueil de données avec un « journal de running » peut aussi utiliser un simple document Word. Cela lui laissera tout l’espace nécessaire à l’écriture, en fonction de son inspiration.

Google Drive

Ce service de Google permet d’avoir des fichiers stockés dans le Cloud, et éventuellement de les partager avec d’autres.

Une feuille de calcul « sheets » aura certes des fonctionnalités plus limitées qu’Excel, mais vous pourrez y avoir accès de n’importe quel terminal, y compris de votre tablette ou de votre Smartphone !

De plus, vous pourrez y donner un accès à votre coach ou votre partenaire d’entraînement afin d’entretenir votre motivation.

Les plateformes web : séduisant mais attention

Certaines plateformes et réseaux sociaux proposent également des fonctions d’enregistrement et de partage de vos activités (Strava, Nike+, Garmin connect, Runtastic). Ils peuvent faire office de carnet d’entrainement.

Ils permettent toutes d’importer facilement vos données GPS depuis une montre ou un Smartphone. En ce qui concerne Strava (la seule que j’utilise), il est possible d’entrer des données manuellement, ce qui est utile pour les réfractaires à l’utilisation des montres connectées.

Seuls bémols :

  • Ce n’est pas conçu pour consigner et analyser aisément les séances de fractionnés
  • Si vous perdez l’accès à votre compte, ou si la plateforme ferme, vos données disparaitront avec
  • Les segments chronométrés enregistrés partout sur la planète poussent certains à être en perpétuelle compétition
  • Les égos prennent facilement du volume (comme pour tous réseaux sociaux) et cela tourne souvent pour les garçons à un concours de « qui a la plus grosse ».

 

L’ essentiel finalement est de trouver le support qui est le plus adapté pour vous : c’est à dire celui que vous utiliserez !

 

A vous de jouer !

Papier ou digital. Simple carnet ou journal de running. A vous de choisir en fonction de votre personnalité.

Mais passez à l’action, et commencez votre carnet d’entrainement dès ce soir !

 

Recherches utilisées pour trouver cet articlecarnet entrainement course à pied excel carnet dentrainement course à pied a telecharger
Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •