Doit-on courir un marathon avec une blessure ? [Vidéo]

Partagez ça !
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  

Transcription texte de la vidéo : « Est-ce que je dois courir un marathon avec une blessure ? »

Abonnez-vous

Est-ce que je dois courir un marathon avec une blessure ?

Alors, je ne vous le souhaite pas, mais c’est peut-être une question que vous vous posez à l’approche de votre marathon. Vous avez une blessure qui s’est déclaré pendant cette préparation spécifique (pendant ces 8-10-12 semaines de préparation). Et votre kinésithérapeute, votre médecin, vous a diagnostiqué une pathologie liée à la course à pied. Et donc à l’approche de la course, vous vous posez la question fatidique : « Est-ce que je dois courir avec cette blessure ? »

Il faut se poser les bonnes question

Alors, pour avoir la réponse à votre question il faut se poser deux questions préalables, c’est à dire :

1- Quelle est cette blessure ? Comment elle est apparue ? Dans quelle dynamique elle a fait son apparition ?

2- Qu’est ce que vous appelez courir votre marathon ? Est-ce que c’est simplement le finir ? Ou est-ce que vous aviez un objectif chronométrique ?

Et donc dans cette vidéo, je vais essayer de développer ces deux points pour vous aider à trouver une réponse et des solutions.

Grosse blessure ou petit bobo ?

Alors tout d’abord quand on parle de blessures, on ne parle pas du petit bobo qui vient d’apparaître ce matin, un petit point à la cuisse ou un petit truc comme ça.

On parle bien d’une pathologie qui est installé depuis plusieurs jours, qui vous suit pendant vos entraînements. Et une douleur qui est présente également au repos, une douleur pour laquelle vous avez consulté. Puisque c’est la base : vous consultez un professionnel de santé (kinésithérapeute, médecin) qui vous aidera donc à diagnostiquer ce problème.

Le marathon approche, et donc cette blessure ne va probablement pas disparaître comme ça toute seule, du jour au lendemain. Et c’est bien de ce type de blessure dont il s’agit dans cette vidéo.
Il ne faut pas confondre ça avec les petits bobos qui peuvent apparaître (et ils sont très nombreux, et vous devez sans doute connaître ça) vraiment à l’approche de la compétition. On a fait nos 11 semaines de préparation marathon qui sont super bien passée, on relâche, et dans cette période de relâchement il y a des petites douleurs musculaires, articulaires, il y a tout qui part en sucette. Ça c’est fréquent, et il faut pas trop s’en occuper. C’est à 90-95 % des « blessures » qui disparaîtront. Vous allez l’oublier pendant la course et encore après.

Quel était l’objectif de votre marathon ?

Et puis la deuxième question que vous devez vous poser, c’est : « Pour quel marathon je prends le départ ? ».

Est ce que c’est le marathon pour battre mon record personnel ? Est-ce que c’est mon premier marathon que je veux simplement terminer. Est ce que c’est un marathon que je cours avec des copains ? Évidemment, la réponse finale sera bien différente.

Grâce à la réponse à ces deux questions, vous allez donc pouvoir faire la distinction entre la blessure chronique, sévère, donc installée depuis longtemps, et la blessure qui a fait son apparition sur la fin de préparation, et qui n’est donc pas totalement encore installée.
Et puis avec la deuxième question que vous vous êtes posé, vous savez donc si c’est un marathon avec un très gros objectif chronométrique notamment, un gros investissement, ou si c’est simplement un marathon que vous devez terminer avec des amis ou que vous avez programmé pour découvrir une ville ou un pays. Et donc la combinaison de ces deux éléments vont vous permettre de faire votre choix, de prendre votre décision.

Pour moi, 4 grandes catégories se dégagent.

– Si la blessure est sévère et que votre objectif est ambitieux, et bien vous ne devez pas prendre le départ. Puisque à coup sûr vous allez aggraver votre cas.  (et que vous n’atteindre

– Deuxième cas de figure : vous avez un objectif ambitieux, mais la blessure a fait son apparition en fin de préparation. Elle n’est pas encore chronique. Et donc vous pouvez prendre le risque de prendre le départ du marathon. Vous coupez en fin de préparation. La dernière semaine, au lieu de faire le petit entraînement léger qui était prévu, vous ne faites rien du tout. Vous faites vos soins chez le kiné, et vous prenez donc le départ, tout en ayant à l’esprit que ça peut passer comme ça peut casser. Et que vous pourriez éventuellement prendre la décision, pendant la course, d’abandonner.

– Troisième grand cas de figure : et bien vous n’avez pas un objectif chronométrique particulièrement ambitieux. C’est à dire que votre ambition,  c’est de le terminer.

Ou c’est d’accompagner quelqu’un sur ce marathon. Et vous avez une blessure sévère.

Est ce que ça vaut le coup, franchement, de prendre des risques pour votre santé, d’aggraver votre cas, de rendre cette blessure chronique, justement ? Et bien à mon avis non. Donc, si l’ambition était vraiment mesurée, et bien vous ne prenez pas le départ non plus. A partir du moment où la blessure est sévère, on ne prend pas de risques supplémentaires. On revend son dossard. On va sur le bon coin des coureurs, et puis on n’en parle plus. Il y en aura d’autres plus tard.

– Le dernier cas de figure, c’est que vous avez une petite blessure qui vient d’apparaître en fin de préparation, qui est encore bénigne, en tous cas pas encore totalement installé. Et votre objectif c’est « simplement » de terminer le marathon. Et bien là vous pouvez y aller sans crainte. Dans ce cas là, vous ne risquez pas grand chose, vous n’allez pas mettre votre santé en danger. Il faut donc simplement se reposer pendant les 5-6-8 derniers jours qui  précèdent la course. Il faut faire les soins que vous devez faire avec un professionnel de santé, encore une fois.
Et puis strappez, protégez, que sais-je… Faire en sorte que la douleur soit la moins présente possible. Et puis il sera encore temps d’aviser en cours d’épreuve sachant que vous n’êtes pas à 10 minutes ou un quart d’heure près.

Prenez du recul sur votre pratique

Derrière tout ça, néanmoins il y a une question de fond : « Pourquoi vous êtes-vous blessé ? ». C’est une bonne question.

Les raisons sont très nombreuses. On va dire que l’apparition de la blessure est multifactorielle. Néanmoins, on peut tirer des grandes règles sur l’apparition de la blessure. C’est probablement que vous n’avez pas fait de planification. Ou que vous n’avez pas respecté cette planification. C’est probablement vous avez trop enchaîné les compétitions, ou vous n’avez pas suffisamment pris soin de vous. Alors, en discutant avec les athlètes blessés, on a généralement une grande lucidité de leur part. C’est souvent : « Oui, je sais, j’ai fait n’importe quoi ! ». Et c’est souvent le cas, effectivement.

Donc, il n’ y a pas de raison de se blesser quand on a un plan qui est individualisé, qui est adapté à vous (et pas le plan du copain). On a peu de chances de se blesser si on n’a pas enchaîné de façon irraisonnée, les différentes compétitions.
Et donc le but n’est pas de vous culpabiliser, mais bien de prendre du recul et puis de faire en sorte, sur une prochaine préparation, de ne pas faire les mêmes erreurs.

OBJECTIF MARATHON ®

Programme de coaching vidéo complet sur 12 à 18 semaines, pour préparer votre futur marathon.

En savoir plus

Voilà, cette vidéo touche maintenant à sa fin. J’espère qu’elle va vous aider à prendre la bonne décision. Mais surtout, si c’est une blessure grave, chronique, et bien ne prenez pas de risques inconsidérés. Ne prenez pas le départ. Soignez vous. Il y aura d’autres courses. Parce que sinon vous prenez le risque d’installer la blessure, et vous vous exposez à devoir prendre un arrêt beaucoup plus prolongé, de plusieurs semaines, voire plusieurs mois, ultérieurement. Donc ce n’est pas le but ! On aime tous courir, et quand on est blessé, et bien on ne peut plus courir ! Et donc c’est vraiment un crève-coeur.

Donc ce n’est pas pour une compétition qu’il faut prendre des risques inconsidérés.

Comme d’habitude j’ai besoin de vous pour dépenser quelques molécules d’ AT.P. pour cliquer sur le petit bouton « j’aime », ici juste en dessous. Et puis pour vous abonner, si ce n’est pas encore fait ! Comme ça vous serez au courant des prochaines vidéos quand elles sortiront, notamment celle de jeudi prochain. Parce que mon défi « objectif marathon ® » c’est de publier une vidéo sur le marathon toutes les semaines. Et en principe, sauf problème particulier, elle paraît le jeudi en fin d’après midi. Et ce défi consiste à répondre à vos questions sur le marathon :

  • donc bien sûr dans les commentaires ici sur Youtube directement
  • ou sur le blog courir-comme-un-pro.fr si vous regardez cette vidéo sur le blog.

Aller, je vous dis à très bientôt. Salut les coureurs ! Ciao !


Partagez ça !
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 28
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.