Ces GPS qui vous font perdre le nord

Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les montres GPS sont devenues des bijoux de technologie, intégrants notamment cardio-fréquencemètre ou lecteur MP3. Et leurs utilisateurs sont légions !

De même, les coureurs utilisant une appli running via leur téléphone portable n’ont jamais été aussi nombreux.

Que faut-il en penser ? Ces outils sont–ils indispensables à votre progression ? C’est ce que nous allons essayer de décrypter ensemble dans ce billet. Et à la fin, si vous êtes encore avec moi, je vous ferai des propositions pour un bon usage de votre matériel.

GPS : comment ça marche

Tout d’abord, un petit rappel sur le mode de fonctionnement d’un GPS (initiales de Global Positioning System).

Ce système de positionnement fonctionne à l’aide de 24 satellites en orbites au dessus de nos têtes (et de 5 stations au sol). Les satellites envoient des signaux radios qui sont captés par votre montre ou votre Smartphone.

C’est la mesure ultra précise du temps mis par ces ondes pour aller du satellite jusqu’à votre récepteur qui est à la base du système GPS. En effet, Comme les ondes voyagent à la vitesse de la lumière, un écart d’une microseconde engendre un écart de 300 mètres dans la position ! Il faut donc que ces appareils arrivent à une précision d’horloge de l’ordre de la nanosecondes pour limiter les erreurs.

Pour calculer sa position, il faut que votre récepteur capte au moins 4 satellites. Il en a besoin de 3 minimum pour trianguler sa position, et 1 pour se synchroniser avec l’horloge atomique du satellite.

Autorisez votre navigateur à afficher les images

Une précision sous influence

La précision du récepteur dépend donc de la qualité de l’horloge, mais pas seulement. Elle dépend aussi de la qualité du logiciel de traitement de la trace.

Et pour la mesure de l’altitude, elle dépend également de la « terre de référence » mémorisée dans l’appareil. Cette modélisation mathématique compense en partie le fait que la terre n’est pas parfaitement ronde, sans pour autant permettre de fournir des mesures exactes.

Notons donc que la mesure de l’altitude est 3 fois moins précise que la mesure de distance. Et comme la mesure est fluctuante, l’altitude est donc toujours surestimée.

De plus, d’autres facteurs extérieurs viennent interférer et font varier la précision dans le temps. Parmi les principaux facteurs, notons :

  • les zones ou la réception des signaux GPS n’est pas bonne (rues étroites, bois et forets, vallées encaissées, et l’intérieurs des monuments lors des trails urbains)
  • la météo et les variations de la composition de l’atmosphère
  • la position des satellites dans ciel

Tous ces facteurs font varier la précision de distance de 3 à 8 mètres, et rendent surtout la mesure de la vitesse bien peu fiable.

Utilisation

Sachant cela, voyons quels services peuvent nous rendre ces bijoux.

Les GPS vous donnent donc la mesure :

  • du temps bien sûr !
  • de la distance totale parcourue dans l’entraînement
  • donc la vitesse moyenne de la sortie
  • et de la vitesse instantanée (pas précise !)

Ils vous permettent également de suivre une trace préprogrammée dans la montre. et de partager vos runs sur les réseaux sociaux tels que l’incontournable Facebook, ou Strava qui est lui spécialisé dans le running.

Moi même, je suis un geek, et j’adore éplucher les données cardio ou GPS après une séance. On apprend à mieux comprendre la physiologie humaine, mais cela ne doit pas nous faire oublier l’essentiel : ce qui est efficace pour progresser c’est d’écouter ses sensations pour maîtriser ses allures.

Et en cela, le GPS n’est que d’une aide relative.

D’une part, comme pour la montre (lire par ici) ou le cardio (lire par là), ce formidable outil va nous couper de nos retours d’informations naturels et nous rendre dépendant.

Impossible de se fier à la vitesse instantanée

D’autre part, il faut prendre du recul sur la fiabilité de cette technologie.

Comme nous l’avons vu plus haut, de nombreux facteurs influences la fiabilité des GPS. S’ajoute à cela la qualité des logiciels qui vont interpréter la trace.

Et en effet, pour l’ensemble des modèles disponibles sur le marché, il y a problèmes de précision ou de justesse. Quand ce n’est pas les deux…

> Un GPS précis donnera des valeurs très proches pour les mesures répétées d’une même distance (mais cette valeur sera peut-être éloignée de la distance réelle)

> Un GPS juste donnera des valeurs moyennes très proche de la distance réelle (mais avec un écart important entre ces valeurs)

Autorisez votre navigateur à afficher les images

Ces réalités sur la fiabilité de cette technologie ont 2 conséquences.

La première c’est d’alimenter copieusement les forums et groupes Facebook les lendemains de courses, car chacun aura immanquablement trouvé une distance et un dénivelé différent de l’organisateur !

La deuxième conséquence, plus gênante, c’est de fausser l’affichage de la vitesse instantanée. Car si les erreurs se compensent en partie sur la distance totale, une erreur de 5 mètres dans un intervalle de 15 secondes se traduira par une erreur de 1,2 km/h sur la vitesse instantanée !

La première parade consiste alors à se munir d’un appareil le plus fiable possible.

Les meilleurs GPS du marché

Il faut savoir que la qualité d’un GPS n’est pas fonction du prix de la montre, ni de sa date de sortie.

D’après les tests réalisés par les spécialistes indépendants comme Fellrnr, le grand vainqueur est la POLAR V800. Elle possède le meilleur compromis entre précision et justesse.

C’est clairement le bon investissement actuellement, vu ses qualités de cardio évoquées dans l’article précédent (à lire ici >>>).

La montre POLAR V800 est suivi de très près par la montre Suunto Ambit3 Run et la vieille Garmin Forerunner 205.

C’est sans doute la qualité de leur puce SiRFstar qui fait la différence sur leurs autres concurrentes.

Car les Garmin Fenix 2 et Garmin Fenix 3 avec leur puce MediaTek sont loin derrière en prévision et en justesse, même si leur design et leurs fonctionnalités sont plébiscités par les runners.

Autorisez votre navigateur à afficher les images

Mes propositions

Certes il y a du bon dans toute technologie, et les applications pour Smartphones et toutes les fonctions de reporting peuvent participer à la motivation et la mise en valeur du coureur via les réseaux sociaux.

Et cela doit être utilisé comme tel, car il ne faut pas perdre de vue votre l’objectif : progresser et prendre toujours plus de plaisir.

Dans l’idéal, il faut d’abord porter attention aux nombreux signaux retours (feedbacks) nous sont envoyés par notre corps. Le niveau d’essoufflement, l’intensité de la contraction musculaire, la sensation de chaleur, le rythme de la foulée, la vitesse perçue par les yeux sont des éléments qui peuvent nous aider à gérer nos allures, à condition de les écouter.

Les coureurs qui se donnent la peine de rééduquer ces facultés en tirent de nombreux avantages !

Vous vous en trouverez plus libre, et vous aurez :

  • le plaisir de garder la maitrise de votre effort
  • la capacité de vous adapter en cas de besoin (kilométrage erroné, panne de batterie, mauvaise réception GPS, etc.)
  • le sentiment d’indépendance vis à vis de la technologie et ainsi une plus grande confiance en vous !

Exclusivement à des fins d’analyse

Ce ne sont que des outils, et c’est l’utilisation que vous en ferez qui vous permettra d’en tirer le meilleur parti pour progresser. Voici donc en conclusion quelques idées de « bonnes pratiques » à essayer de mettre en œuvre :

  • Regarder les données du GPS seulement en arrivant à la maison
  • Faire régulièrement une sortie sans GPS
  • Vous lancer des défis « tempo » (voir l’article sur la montre, ici)
  • Prendre du recul sur les chronos réalisés (météo, type d’environnement traversé, sinuosité, etc.)
  • Considérez ces données comme des indicateurs de tendances (vitesse moyenne notamment)

A retenir

En très synthétique, l’essentiel à retenir sur les GPS, c’est que :

  • Leur utilisation lors d’une séance sur piste est à oublier
  • Il est impossible de se fier à la vitesse instantanée
  • Il y a autant de mesure d’une trace que d’appareils qui la mesure
  • Ils peuvent nous rendre de grands services, à condition de bien les utiliser

 

J’espère que cet article vous a apporté de la valeur. Si vous pensez qu’il peut aussi concerner l’un(e) de vos amis, partagez-le !

 


Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •