Forrest Gump

Running : 5 conseils pour avoir l’air d’un pro

Partagez ça !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

L’habit fait-il le moine ?

Je voulais commencer la semaine sur une note légère, car je compte la terminer sur un sujet moins fun : les tendinites…Voici donc un post un brin chambreur, un poil caustique, et d’une superficialité assumée.

coureur-vintageCertes l’habit de fait pas le moine, mais il peut y contribuer. Améliorer vos performances en running prend beaucoup de temps. Alors en attendant, vous pouvez commencer par adopter les bonnes pratiques et les codes des coureurs plus rapides que vous. Car il y a généralement une bonne raison pour que ces coureurs adoptent tels matériels ou tels comportements.

Si vous pensez que l’un de ces points concerne un ou plusieurs de vos camarades d’entraînement, partagez ce post sur Facebook et taguez les !

Si vous vous reconnaissez vous-même, ben désolé… Sans rancune j’espère ?!

 

1- Tu ne courras plus avec ta veste autour de la taille

Le pro, lui, il sait évaluer la température, et il sais qu’en partant équipé un peu plus léger que toi, il n’aura froid que 2 minutes.

En effet, c’est déjà difficile de courir. S’il faut en plus se trimballer des couches et des couches de vêtements, c’est la double peine !

« Pour courir heureux, courez léger » (elle est de moi celle là !)

De la même façon, n’utilisez les casquettes, lunettes et autres accessoires que lorsque c’est indispensable, et non pour faire décoration.

2- Tu ne commenceras plus tes footings à fond

Le pro, lui, il sais commencer les footings à une allure très lente. Cela permet à son système ostéo articulaire de s’adapter progressivement. Ainsi, il limite le risque de blessures.

De plus, d’un point de vue physiologique, il laisse son système aérobie se mettre en route (ce qui prend plusieurs minutes). Sans cela, vous sollicitez le système anaérobie, ce qui va tôt ou tard vous limiter dans votre effort à cause de la dette d’oxygène et de la production d’acide lactique.

running-humour

3- Tu ne courras plus avec ton téléphone accroché au bras

Pour les runners, les applis de course sont des gadgets, il faut en avoir conscience. Souvent les conseils lus ici et là sur les allures d’entraînement sont mal interprétés, et les tests réalisés pas toujours fiables. Au final, le coureur se crée des freins psychologiques à sa progression, se bridant alors qu’il est loin de ses limites réelles.

Alors attention, plus vous faites confiance à la technologie, plus vous vous coupez de l’essentiel : écouter vos sensations apprendre à gérer vos efforts !

Cas particuliers :

> C’est vrai qu’il y a un côté sympa et motivant à partager ses « runs » avec ses ami(e)s. Alors si vous revendiquez le statut de « geek », les montres GPS et autres bracelets connectés vous sont bien plus adaptés.

> Si vous ne pouvez-pas courir sans musique, alors c’est d’un ipod shuffle dont vous avez besoin ! Léger, solide, minuscule, ce sera votre partenaire idéal J

> Si vous gardez votre téléphone avec vous pour avoir l’heure (si si, j’en connais), alors c’est une montre qu’il vous faut ! Il y en a de parfaites pour le running à 12 € chez Décat’

De plus, les mouvements des bras sont fondamentaux pour bien courir, et ces pochettes viennent entraver leur mobilité car elles limitent inconsciemment les mouvements du coude.

4- Tu ne mettras plus un short par dessus ton collant

Tu te renseigneras sur la mode running actuelle pour avoir l’air un minimum branché.

Courir, c’est aussi partager notre passion et se faire des amis. Alors pitié, ne les faites pas fuir dès le premier abord ! Pour cela, prenez de bonnes résolutions :

>>> terminé le short par dessus le collant, le tee-shirt en coton, le K-way par temps de pluie, et le bandeau éponge autour de la tête !

La mode des années 80 revient en force, mais il y a quand même des limites ! (lol)

running-rocky

5- Tu ne prendras plus ton Camelback pour courir 10 bornes

Pour un footing de 5 ou 10 kilomètres, il n’y a besoin de rien emmener en plus de sa tenue. Pour une sortie longue de 1h30 en préparation marathon, on peut par contre embarquer un bidon avec de l’eau. Et ce n’est que pour des sorties typées trails, et des sorties en montagne qu’il faudra prévoir le sac à dos avec une réserve d’eau et le ravitaillement nécessaire.

> En clair, si vous sortez pour faire 10 km avec un Camelbak, vous aurez l’air d’un amateur !

Pour progresser, il faut d’abord assumer son niveau physique de départ. Ce n’est pas grave de courir lentement : cela n’empêche pas de prendre du plaisir. Il ne faut pas cacher ses complexes derrière une panoplie complète de trailer, avec sac à dos, vêtements de compression, chaussures GORE-TEX et autres accessoires pour faire un footing de 10 kilomètres, en essayant de faire croire que vous êtes parti pour 3h !

runnning-train10k

 

Bon, je m’arrête là pour aujourd’hui. Je m’attaquerai aux coureurs « poils aux pattes » une autre fois.

Pour conclure, je vais apporter un bémol à mes propos. Les choses deviennent différentes lorsque vous devenez à votre tour un « pro ».

Le coureur qui commence à gagner des courses, et à rejoindre les meilleurs de sa discipline peut se permettre des originalités, voir même de lancer lui même de nouvelles modes.

Qui a fait le reproche à Killian Jornet de courir une veste autour de la taille ?

Killian Jornet

trails-killian-jornet

Recherches utilisées pour trouver cet articlehumour marathon tortue
Partagez ça !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage