7 secrets pour une poitrine tonique

7 secrets pour une poitrine tonique

Partagez ça !

Soutien gorge ou pas soutien gorge ?

Lors de ma formation continue de coach, j’ai eu l’occasion de faire un mémoire d’étude sur l’athlétisme au féminin. Le sujet m’intéresse particulièrement car j’ai entraîné beaucoup de féminines, dont certaines ont participé aux championnats de France Élite en demi-fond.

Et j’y ai appris certaines choses un peu à « contre courant », notamment au sujet du port du soutien gorge. Ça valait bien un post pour partager ça !

Tous ces points ne feront pas consensus, mais je vous livre ici les conclusions de mes recherches. Je compte sur vous mesdames pour enrichir le débat, et apporter vos contributions !

Aller hop, c’est parti.

Les garçons, vous n’êtes pas concernés aujourd’hui ! Vous pouvez aller courir 😉


Un homme et une femme, ce n’est pas pareil. (si si ! Je vous assure !)

D’un point de vu anthropométrique, il y a quelques différences de tailles, de poids et de composition corporelle. De plus, chez la femme, on observe une hyper laxité des articulations plus importante que chez l’homme.

Tous ces facteurs semblent clairement être sous influence hormonale. Et ces différences sont défavorables aux femmes par rapport aux hommes, sur le plan de la performance sportives.

Mais vous l’avez compris en lisant le titre, ce n’est pas uniquement de ces considérations biologiques dont je voulais parler. Je veux vous parler aujourd’hui de cette différence homme / femmes qui nous saute le plus aux yeux, à nous les hommes : la poitrine. (ben oui, c’est l’une des deux choses qui nous saute aux yeux, faut dire la vérité…)

Le soutien-gorge : pour quoi faire ?

Dans de nombreux ouvrages, sites Internet et blogs il est conseillé aux runneuses de se doter de soutient gorges spécialement adaptés pour maintenir les seins, et ça avec deux objectifs.

> Le premier objectif est de limiter la gêne occasionnée par leur ballottement, car un tiers des femmes déclarent ressentir des douleurs lors de la pratique du running. Si les femmes à bonnets profonds sont plus sujettes à ces souffrances, les petites poitrines ne sont néanmoins pas épargnées.

> Le deuxième argument est que l’activité sportive engendre des mouvements répétés et prolongés qui accéléreraient la ptôse mammaire. (les seins qui tombent, quoi !)

Running au féminin

© Jacob Lund

Des produits à dessein

Fort de ces arguments, les fabricants proposent toute une gamme de soutiens gorge et de brassière spécialement conçus pour courir et garder une poitrine tonique.

Ces soutiens gorge « sport » sont en général respirant, dotés de tissus à élasticité verticale réduite, de larges bretelles, de coutures extérieures, et ils sont coupés de façon à ne pas entraver les mouvements des épaules.

« L’efficacité du soutien-gorge est loin de faire l’unanimité »

Si ces produits sont efficaces pour diminuer les douleurs, sont-ils réellement un bon moyen de ralentir cette inéluctable chute des seins ?

Et bien l’efficacité du soutien-gorge est loin de faire l’unanimité chez les scientifiques :

  • L’élévation de la chaleur est accusée de favoriser l’apparition de vergetures
  • le manque de stimulation affaiblirait les muscles peauciers
  • la limitation de la circulation sanguine et lymphatique est suspectée de favoriser l’apparition de tumeurs cancéreuses.

Par contre, la plupart des autres conseils en la matière font l’objet d’un large consensus scientifique. Voici donc les 7 secrets promis dans le titre !

1- Il ne faut pas fumer

Le tabac et ses additifs toxiques sont responsables de la détérioration des fibres et collagènes, et surtout des fibres d’élastine. Ce processus est irréversible !

2- Il ne faut pas dormir sur le ventre

Le manque d’oxygénation des tissus est néfaste pour leur élasticité. Donc il faut dormir sur le dos.

3- Il faut éviter les bains trop chauds

La chaleur va relâcher excessivement les tissus. Au contraire, il faut terminer par se doucher les seins avec de l’eau froide !

4- Il ne faut pas exposer la poitrine au soleil

Le soleil déshydrate et détruit les protéines qui sont responsable de la tonicité de la poitrine, et accélère donc le vieillissement de la peau.

5- Il faut se masser avec des huiles essentielles

En revanche, le massage avec une huile hydratante comme l’argan ou l’amande douce, associée avec de l’huile essentielle de bois de santal permettra de stimuler la circulation sanguine et de protéger les vaisseaux sanguins de la poitrine.

6- Il faut fuir les régimes et leurs effets « yoyo »

L’augmentation répétée du volume des seins occasionne à terme un relâchement néfaste de la poitrine. Il faut privilégier un changement durable des habitudes alimentaires.

7- Il faut faire de l’exercice

Le renforcement des muscles de la ceinture scapulaire (le buste) permettra de mieux soutenir la poitrine. Mettez les pompes et autres butterfly au programme de votre gym.

Les pompes pour une poitrine tonique

© Jacob Lund

A quel Saint se vouer ?

Alors que dit la science ? Apparemment pas grand-chose, mais les menaces de voir la poitrine tomber en cas de non port du soutien-gorge ne sont guère fondées !

Une seule étude réalisée sur un groupe de 200 femmes (avec groupe témoin) a fait l’objet d’une thèse en 2003, dont les conclusions sont les suivantes.

Passés quelques mois d’inconfort, le groupe ayant abandonné le soutien-gorge a vu de nombreux bénéfices apparaître :

  • Amélioration de la mobilité de l’épaule
  • Développement de la musculature de l’épaule et des pectoraux
  • Diminution des vergetures
  • Rehaussement du sein

Il faut vous faire un dessin ?

On ne peut donc conseiller le port du soutien-gorge que pour des femmes qui sont gênées par un ballottement important de leur poitrine lors de leur pratique du running. Dans ce cas, la recommandation qui est faite est de prendre soin d’éviter toute contention excessive.

Et puis en dehors des séances de running, le conseil le plus avisé serait de laisser tomber le soutien-gorge autant que possible, au risque de laisser tomber vos seins.

 

Et vous avez-vous déjà essayé ? Partagez votre expérience (heureuse ou malheureuse) en laissant un commentaire ci-dessous. Votre avis nous intéresse !


Partagez ça !