Jogger resting after running

En septembre, vous allez en surprendre plus d’un !

Partagez ça !
  •  
  •  
  • 7
  •  
  •  

En septembre, vous allez en surprendre plus d’un !
4.6 (92%) 5 votes

Il est temps que vos efforts soient récompensés !

Le propre du coureur, c’est de ne pas se satisfaire de ce qu’il a accompli. Alors les frustrations sont nombreuses, et si l’on a souvent conscience que l’on vaut beaucoup mieux, les efforts ne sont que rarement récompensés à leur juste valeur.

Avec quelques ajustements, on peut pourtant sortir de cette spirale de la frustration.

J’ai crée ma première formation en ligne pour vous permettre de suivre une méthode qui vous  permettra d’atteindre enfin les performances que vous méritez ! Je vous explique dans cet article pourquoi il est indispensable d’avoir un plan qui s’adapte à vous pour réussir.

La faute à l’adaptation

S’entraîner, c’est adapter son corps à une nouvelle charge, et obtenir une hausse des capacité physiques. Or, nous ne sommes pas tous égaux devant la charge d’entraînement.. Le génétique, l’expérience, le mode de vie : nous avons tous une entraînabilité différente.

S’ajoute à cela le soin que chacun apporte à la récupération au quotidien (sommeil, hydratation, alimentation, chaussettes de récupération, massages, etc.)

Tous les conseils et les plans d’entraînements ne peuvent donc convenir à tous le monde, de la même façon.

Le plan doit donc s’adapter à vous !

C’est à partir de ce constat que j’ai commencé à élaborer, il y quelques années, une méthode qui permette d’individualiser au mieux les plans d’entraînement, sans pour autant faire un plan par coureur. Car à une époque, j’avais le charge de plus de 50 athlètes de tous niveaux !

J’ai trouvé que quelques critères permettaient de réduire la marge d’erreur :

  • La VMA (nécessaire mais pas suffisant)
  • Le nombre de séance par semaine
  • Le nombre d’année d’expérience en running
  • L’indice d’endurance

La fenêtre est étroite

A partir de ces éléments, j’ai pu proposer des planifications adaptés, à condition de ne pas avoir à faire à des fêtards ou des travailleurs de nuit !
Car il ne tient à rien qu’une séance soit bénéfique, ou néfaste. Pour rappel, les séances doivent s’enchaîner de façon à profiter du rebond de « surcompensation » pour accroitre votre potentiel :

surcompensations successives

Mais dans certaines situations, l’inverse se produit :

  • Si les séances sont trop proches
  • Si la séance est trop dure
  • Si les conditions météo augmentent la charge
  • Si l’athlète récupère mal (sommeil insuffisant, etc.)
  • Si une charge émotionnelle vient perturber l’athlète

Il y a alors une baisse des performances dans un premier temps, puis des capacités physiques sur le plus long terme.

surentrainement en running

Il faut alors modifier le reste du plan, afin de ne pas tomber dans le surentraînement, quand les facultés d’adaptation de l’organisme sont débordées. C’est la que le rôle d’un coach prend de l’importance, car c’est la personne qui a le plus de recul sur une situation, et qui peut agir sur la bonne manette, au bon moment.

Les leviers sont nombreux pour adapter le plan :

  • Alléger le volume en premier lieu
  • Enlever une séance hebdomadaire peut avoir de grands bénéfices dans certains cas.
  • Encourager le coureur à soigner la récupération

Comment savoir si un entraînement est bénéfique ?

C’est l’analyse de facteurs physiologiques qui va nous indiquer si votre entraînement est profitable. Le premier test consiste à suivre l’évolution de vos pulsations au repos.
Et puis il y a des tests de terrain, simples, qui peuvent mettre en évidence les progrès ou les régressions.

Tout cela, je vous en parle dans ma formation « Ma Rentrée Running » qui est destinée à ceux qui veulent être performants en septembre ou en octobre.

Les inscription ouvrent aujourd’hui à 11h, et fermeront définitivement lundi 10 juillet à 23h59 !

Pour savoir si vous êtes concernés, et connaitre le programme, cliquez ici !

 


Partagez ça !
  •  
  •  
  • 7
  •  
  •  
  • 7
    Partages