8 bonnes raisons de vous mettre au cross-country

Départ d'un cross féminin
Partagez ça !

Les nobles anglais du XVIIème siècle faisaient courir leurs laquais sur les hippodromes, pour les distraire… Avec toques et casaques ! Mais sans les chevaux…
Si le cross n’est pas né lors des jeux antiques, le cross country reste l’une des disciplines les plus anciennes de l’athlétisme moderne, codifié dans l’Angleterre du XIXème siècle. Pratiqué le plus souvent en sous-bois, dans les champs ou dans les parcs, le cross est par essence exigeant. En effet, il combine intensités élevées avec des sols à faibles rendements et des topographies accidentées. Sans compter que le cross se pratique généralement en automne et en hiver. Ce qui ajoute du piquant à la discipline !

Alors, si le cross est si difficile, pourquoi diable aller se compliquer la vie dans les labours ? Et bien simplement car c’est un levier terriblement efficace pour la progression de tous. Et ce quel que soit votre distance de prédilection et votre discipline : sur piste, sur route, comme en trail

Un métabolisme plus performant

Les départs en cross sont toujours très rapides, car il y a la nécessité de se placer avant que la large zone de départ ne se resserre. Puis, le parcours étant généralement assez sinueux, il va falloir relancer régulièrement l’allure. Sans compter les côtes et autres obstacles naturels à franchir. 

1- Devenir plus résistant à la fatigue

Tous ces éléments, vont vous amener à solliciter fortement votre métabolisme anaérobie lactique, nettement moins mis à contribution lors de courses où l’allure est mieux maîtrisée et plus régulière comme sur la route, ou les intensités plus faibles comme en trail. Et des progrès dans ce secteur vous seront bénéfiques le printemps venu, car il vous permettra justement de vous adapter aux aléas de course : départ rapide, erreurs d’allure, côtes, vent de face, etc.

2- Gagner en vitesse et en endurance

De plus, le format d’un cross va orienter votre préparation sur des distances souvent inhabituelles. Un cross long chez les espoirs, seniors et masters varie entre 9 et 11 kilomètres, ce que les trailers considèrent comme de la vitesse. Alors que les coureurs de demi-fond court ou les amateurs de 5 kilomètres sur route trouveront l’exercice très long ! Mais ce sera l’occasion pour eux de développer le secteur aérobie qui leur fait souvent défaut.

Une musculature renforcée

Dans tous les cas, une saison de cross permettra le développement des qualités physiques souvent négligées. Ces qualités sont dites “périphériques”, mais elles ont pourtant un grand rôle dans votre performance et votre progression à long terme.

3 – Améliorer l’efficacité de la foulée

En tête de ces qualités, je pense en premier à la force. La course avec côtes ou dans la boue développe la force des quadriceps et des fessiers (extenseurs du genou et de la hanche) et à moindre mesure la force des mollets. L’efficacité de l’appui et de la foulée en seront automatiquement améliorés.

4- Gagner en économie de course

De plus, l’environnement plus incertain aura un impact sur l’amélioration de votre habileté et votre coordination, ce qui a une influence bénéfique sur l’économie de course.

C’est donc avec une musculature et une physiologie renforcés que vous sortirez de votre saison de cross. Mais vous aurez également des bénéfices sur le plan mental ! 

Un mental à toute épreuve

En effet, si les bienfaits du cross sur le physique sont indéniables, ceux sur votre mental le sont sans doute encore plus.

5- Développer l’estime de soi

En premier lieu, sortir de votre zone de confort et prendre la décision de vous lancer dans cette nouvelle discipline viendra augmenter votre “estime de soi” et le sentiment d’avoir plus de contrôle sur votre volonté. Et de la même façon, après la course, avoir franchi les obstacles, couru dans la boue, le froid et parfois sous la pluie vous donnera cette impression d’être un guerrier / une guerrière. Prêt à affronter toutes les difficultés à venir.

6- Mieux résister à la douleur

En second lieu, cette épreuve vous poussera plus loin en termes de souffrance, comparé à un 10 kilomètres sur route. Mais cela vous donnera de nouvelles références en termes de difficultés, et vous permettra de relativiser les souffrances éventuellement rencontrées lors de votre épreuve de prédilection, la saison venue. Il ne faut pas négliger cette accoutumance à l’effort. Cette résistance à la douleur qui fait toute la différence entre deux athlètes de même valeur. Apprendre à “se faire mal” n’a rien de masochiste. Mais cela consiste à éduquer votre cerveau et lui faire comprendre que les marges de sécurité qu’il vous impose sont bien trop importantes. Il est donc possible de repousser vos limites !

7- Rester motivé tout l’hiver

Ajoutons que d’un point de vue motivation, quelques échéances de cross permettent de rester motivé.e pendant l’hiver. Et indirectement de s’assurer d’y faire un travail de qualité et de foncier qui sera très profitable pour la suite. 

8- Apprendre à courir aux sensations

Enfin, pour les pistards et les routards surtout, la saison de cross est l’occasion de lâcher un peu de chrono pour privilégier la lutte d’homme à homme (ou de femme à femme !), et pour laisser plus de place à l’écoute de ses sensations.

Comment organiser la saison de cross ?

Quand un coureur est (enfin) persuadé des bienfaits de la préparation cross, encore faut-il savoir comment intégrer cela dans la planification de la saison.

Le cas le plus courant est de faire toute la saison de cross. Vous participez à des cross de préparation en novembre et décembre. Puis vous enchaînez ensuite sur les championnats en janvier et février, saison qui sera ponctuée par les championnats de France, début mars.

Mais il y a souvent des cas particuliers, notamment si vous objectivez un marathon d’avril ou un trail de début de saison. L’option la plus adaptée est alors de ne faire que les cross de clubs en novembre et décembre. Puis ensuite débuter votre préparation spécifique marathon ou trail en janvier. 

Pour conclure, notez que même si vous ne faites pas beaucoup de cross en compétition, le cycle de préparation à ce types d’efforts et de terrains sera déjà très bénéfique pour votre physique et votre mental !

>> Tout le calendrier officiel des cross sur le site de la FFA en cliquant sur ce lien <<

J’espère avoir pu vous convaincre de vous mettre au cross-country. N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires ! (comment débuter le cross, choisir entre cross court et cross long, comment organiser votre saison, etc.)


Partagez ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.