Bientôt le premier dossard [Nous survivrons – épisode 3-4-5]

Partagez ça !
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt le premier dossard [Nous survivrons – épisode 3-4-5]
5 (100%) 1 vote

Épisode #3

08 janvier 2018 : M-10

Les vacances sont terminées. Et c’est synonyme du lancement de notre préparation pour le Grand Raid. J’ai planché sur la planification, et j’ai opté pour une triple planification assez atypique. En effet, nous n’avons pas le droit à l’erreur, et les courses intermédiaires ne peuvent pas être prise comme des préparations, comme je peux le faire pour d’autres athlètes. Ce sont donc des objectifs à part entière, car il nous les faut impérativement marquer 85 points dès le mois d’avril ! Sinon, notre participation à la Diagonale tombera à l’eau.
J’espère avoir trouvé un compromis entre une charge d’entraînement suffisante et un respect de la progressivité dans l’augmentation de cette charge. Car la blessure ou le surentraînement n’est envisageable, ni pour moi, ni pour Stef.

Stef ne fait donc que 3 entraînements par semaine. Un footing de 40 à 60 minutes le mercredi, un autre footing de 45’ minutes le vendredi midi, et une sortie Longue de 1h30 à 1h45 le samedi matin ou une rando / course de plusieurs heures, ensemble, le dimanche.

De mon côté, je me laisse porter au gré des sorties que je dois faire dans le cadre de mes activités d’entraîneur et d’enseignant. Mais en moyenne, je suis à 3 ou 4 sorties hebdomadaires. Un à deux footing d’une heure cool en accompagnement de groupes ou d’athlètes (sessions running ou cours en STAPS). J’ajoute un footing plus rapide de 60′ à 1h30’ en fonction de ce que mes jambes me permettent. Et puis il y a la rando-course du week-end avec Stef.

En plus de ce programme assez léger, nous allons tenter de faire à 2 séances de gainage, de renforcements et d’étirements, le mardi et jeudi soir.

D’un point de vue de la progressivité, je note que le volume d’entraînement double par rapport à nos habitudes ! Mais en revanche, les allures sont volontairement faibles, voire très faibles. Et je compte sur ce paramètre pour compenser la hausse du kilométrage et maintenir la charge dans des limites acceptables pour notre organisme.

Épisode #4

26 février 2018 : M-9

La montée en charge progressive ne nous pose pour le moment aucun problème physique particulier. Comme prévu, on ne cherche pas à aller vite. Sur les Sorties Longues, nous marchons quand c’est nécessaire, mais on avance, sans se poser de question. Notre sortie la plus longue, fin février, était de 29 km avec environ 500 m de D+ (pas facile d’évaluer le D+ sans altimètre, le GPS manquant de précision).

En février, nous commençons aussi à nous équiper. Sur les conseils de notre spécialiste préféré, je teste les Hoka Speedgoad 2, des chaussures typées « trail » mais relativement légères. Mais je garde mes Hoka Bondi 5 pour une bonne moitié de mes sorties. Stef, opte également pour cette marque « sur gonflée ». J’ai bon espoir que cela diminue les contraintes sur ses genoux, particulièrement en descente.
Côté sac, Stef a choisi un sac Salomon 5 litres très ajusté et ultra compact. L’objectif est de courir le plus léger possible, en se débarrassant du superflu. Nous n’embarquerons que le strict nécessaire. De mon côté, j’aurai sans doute avec un peu plus de poids. Alors, il me faudra un sac un peu plus grand. Je n’ai pas encore fait mon choix. J’ai pour le moment mon vieux Salomon pour l’entrainement, mais je vais tester un Oxitis 15 litres.

D’un point de vue météorologique, février a été un mois assez pourri. J’ai néanmoins accumulé 169 km, à allure plutôt lente, la fameuse endurance fondamentale. Stef sans doute à peine 140 km, car elle a une séance hebdomadaire en moins. Et comme Stef, interdiction pour moi d’aller vite sous peine de réveiller les blessures. Alors pas question de faire de la VMA, du seuil ou des fartleck. Il va falloir nous préparer sans ça. Et les lacunes physiques devront être compensées par notre mental et notre détermination.

Épisode #5

Mars 2018: M-8

Mars est une période clé car nous mettons notre premier dossard le 22 avril. Donc les 3 premières semaines d’avril seront consacrées à l’affutage et les soins, pour arriver frais et dispo sur la ligne de départ. L’objectif pour le mois de mars est donc d’augmenter sérieusement le kilométrage, afin d’améliorer notre tolérance à la fatigue physique et nerveuse. Au total, c’est 234 km que j’ai accumulé en mars, du jamais vu pour moi depuis 2009 !

Afin de varier les plaisirs, je dois phosphorer pour trouver de nouveaux parcours. Nous utilisons donc la technique de « l’aller simple ». Le train nous emmène au départ de notre circuit, et nous rentrons à la maison à pied ! Au départ de Chalonnes sur Loire, nous avons ainsi pu savourer une sortie longue de 36 km, en passant par les coteaux du Layon et la corniche angevine. Et malgré la pluie et le froid, le bilan est très positif. Nous n’avons pas de bobos à déplorer, et nous sentons bien que la forme s’améliore lentement.

Mars a aussi été un mois de « diète ». Comme pour le kilométrage, il est inconcevable de se saigner dans les 2-3 semaines qui précèdent une épreuve d’ultra, sous peine de manquer dangereusement d’énergie. Donc nous avons fait des efforts pour diminuer l’apport calorique du soir. En parallèle, nous avons augmenté massivement notre consommation de fruits et légumes, sous toutes leurs formes.

Avec moins 2 et moins 3 kilo sur la balance, l’objectif là aussi est atteint. Place maintenant à la récupération. Cela consistera à faire moins de kilomètres, mais à poursuivre le renforcement musculaire et le travail de descente, tous deux commencés ce mois-ci. Tout cela suffira t-il à Stef pour finir son premier trail ?

Dans le prochain épisode, je vous emmène dans les montagnes de la Sainte Baume !

 


Partagez ça !
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 8
    Partages
Étiquettes: